09/06/2017

Madeleine

Madeleine, Bernadette Engel-Roux, Dirk Braeckman, Claude Louis-Combet

Madeleine
Bernadette Engel-Roux
illustrations Dirk Braeckman
postface de Claude-Louis Combet

Au plus loin de toute l’hagiographie qui valorise la pécheresse repentie, ou de l’exégèse qui décompte les figures magdaléniennes, Bernadette Engel-Roux ne retient de la figure de Madeleine que ce qui coïncide avec l’intimité de sa propre parole poétique, telle qu’on peut l’entendre dans ses autres recueils : l’amour dans la séparation. Ainsi distraite des Écritures qui la désincarnent, la Femme qui, de ses cheveux, essuie les pieds d’un corps dont tout la prive, est l’Amante qu’ont arrêtée dans la peinture Fra Angelico, Botticelli ou Véronèse. À Madeleine a été donné l’absolu de l’amour impossible.

Télécharger le bon de souscription de Madeleine